Facebook

Comment se passe le dépistage ?

L'examen de dépistage est réalisé par un radiologue spécialisé et expérimenté. Tous les radiologues partenaires des campagnes de dépistage ont en effet suivi une formation complémentaire spécifique et ils réalisent un minimum de 500 mammographies de dépistage chaque année.
L'examen de dépistage comprend un interrogatoire médical et un examen clinique des seins, et bien entendu une mammographie.
La mammographie est une radiographie des seins. La construction de l'image se fait par absorption de rayons X.

Pour la qualité de l'image et une moindre irradiation, il est nécessaire de comprimer le sein ce qui provoque une sensation d'inconfort pendant la durée de la compression (quelques secondes).
Une mammographie classique comporte quatre clichés, deux pour chacun des seins (cliché de face et cliché en oblique). Il n’est plus nécessaire de réaliser 6 clichés comme précédemment.
L’appareillage peut être analogique ou numérique. Les uns et les autres ont des performances comparables, et font encore l’objet d’études comparatives dans le cadre du dépistage organisé.

La comparaison des clichés avec ceux d'un précédent examen est toujours instructive pour le radiologue. Si vous avez d'anciens clichés, n'oubliez pas de les apporter le jour du rendez-vous.

L'examen clinique des seins fait partie du dépistage. Il est utile pour repérer des lésions invisibles à la mammographie qui auraient cependant une traduction clinique : une fossette sur le sein, un écoulement par le mamelon, un nodule palpable... Cette situation est exceptionnelle en pratique.

Une échographie mammaire (ultrasons) peut vous être proposée en cas de densité mammaire importante, ce qui ne représente en moyenne moins de 15% des cas après 50 ans. Elle sera prise en charge aux conditions habituelles de l’Assurance Maladie.

L’échographie peut également faire partie de ce que l’on appelle le bilan diagnostique nécessaire pour préciser une image détectée à la mammographie. Cette situation ne concerne en moyenne pas plus de 10% des femmes. Le cas échéant, des incidences complémentaires ou des agrandissements pourront être réalisés.